Chronique

Lâcher-prise, moi ? Jamais !

Par Paul-Henri Pion

Lâcher-prise, moi ? Jamais !

« Lâche-prise ! » « Mais lâche donc prise ! ». Que de fois cela m’est-il rapporté dans mon cabinet ! Et à chaque fois ma réponse reste la même : « surtout, continuez, ne changez rien, lâcher prise ne se décrète pas comme cela ». En effet, se libérer des boucles comportementales douloureuses pour soi ou devenues insupportables pour autrui nécessite quelques précautions.

Car si quelqu’un s’avère avoir besoin de lâcher prise, c’est qu’il s’accroche et qu’il a une bonne raison à cela : l’expérience lui a appris que ce qu’il fait a été gagnant. C’était cependant dans un contexte particulier… qui n’est plus celui qui prévaut.

Quand le besoin de lâcher-prise devient-il criant ? La dynamique qui y conduit se décrit comme suit.

La socialisation du petit être que nous sommes tous un jour conduit à réprimer des appétits particuliers inadaptés au contexte dans lequel nous grandissons. Il s’agit de se conformer aux conventions socialement admises par notre groupe d’appartenance dont la structure minimale est la cellule familiale.

Ainsi, certains apprennent à « dire merci à la dame », d’autres « à taper le premier » et d’autres encore à contrôler leurs tremblements, voire que travailler équivaut à faire des efforts sans obtenir de résultat. Ce ne sont là que quelques exemples caricaturaux. Ces apprentissages sont liés à la fois aux injonctions des adultes qui nous entourent ou encadrent et surtout à la façon dont nous obtenons le regard bienveillant, de notre point de vue, de ceux qui nous nourrissent ou protègent.

Plus tard, ces apprentissages devenus des acquis, l’un aura des difficultés à s’affirmer, iel sera « trop gentil », l’autre se retiendra de donner de l’espace à ses contreparties et manquera d’information pour agir avec pertinence. Enfin, le troisième nourrira un stress chronique qui l’épuisera. Il s’agit toujours là de voies caricaturales possibles.

Car un piège nous guette : si les expériences de vie ne favorisent pas l’élargissement de nos réponses adaptatives, alors nous finissons par généraliser des réponses limitées apprises dans des contextes spécifiques à des contextes nouveaux et fort différents avec à la clé un massif « ça ne marche pas » en retour. Par ailleurs, certains contextes rappelant ceux qui prévalaient lors de notre socialisation initiale, le « naturel » revient au galop et, c’est plus fort que nous, nous refaisons ce que nous avons appris dans ce contexte ancien proche de ce que nous apprécions être le contexte présent, alors que ce nouveau contexte appelle une réponse différente de celle intégrée antérieurement.

Faute d’autre corde à son arc, le retour « ça ne marche pas » conduit à refaire ce que l’on sait faire et qui est notre seule option. La situation se radicalise alors et le cercle infernal se referme : « plus nous faisons la même chose, plus nous obtenons le même résultat ». La nécessité de lâcher prise s’impose du point de vue de ceux qui nous côtoient et la souffrance s’installe petit à petit chez celui qui s’obstine dans des attitudes et pratiques acquis dans d’autres contextes ou époques.

Il est bien évident, à ce stade d’urgence, qu’abandonner ce qui nous a permis de nous socialiser, c’est à dire à exister, devient impossible même si persister à l’exprimer revient à creuser sa tombe. Lâcher-prise, aussi nécessaire soit-il, est impossible ; s’accrocher est vital, c’est d’ailleurs ce qui nous a permis d’arriver jusque là, alors comment l’abandonner ?

Enjoindre à son prochain de lâcher prise est ainsi anxiogène et pourrait même paraître sadique puisque ce dernier ne peut s’y conformer. Conséquence : plus nous entendons « lâcher-prise » moins nous pouvons nous libérer de ce qui nourrit cette demande.

Se faire authentiquement confiance et rester acteur de sa vie : le Lâcher-prise

« Lâche prise ! » est comme « aime moi ! » ou « soit spontané ! », voué à l’échec, la nature ne se commande pas. S’il est enjoint de « lâcher-prise », c’est que nous nous accrochons pour de bonnes raisons à ce qui nous met en souffrance et nous subissons, malgré nous, notre propre dynamique. Lâcher-prise est ainsi indissociable de redevenir acteur de sa vie.

Cependant, nous nous accrochons aux conditions réussies de notre socialisation auprès de ceux qui nous ont nourris ou protégés. Parallèlement, nous avons appris à nos dépends que laisser aller notre spontanéité peut revenir en boomerang douloureusement. Nous devons donc nous contrôler. Or nombreux d’entre nous ont intégré que contrôler équivaut à « empêcher », ce qui est aussi voué à l’échec : vouloir ne pas faire quelque chose alors que la nature et en particulier notre cerveau ignorent la négation conduit à la faire encore plus.

Puisque s’accrocher, conduit à subir et s’opposer aggrave la situation, lâcher prise revient à devenir acteur de sa vie en composant avec le contexte : facile à dire ; plus délicat à mettre en œuvre ; il va s’agir de jouer sur les conditions de sa survenance.

Composer avec le contexte nécessite de repérer « comment composer » puis d’interagir de façon pertinente. Les fonctions cognitives et émotionnelles sont ainsi mobilisées, les unes pour décrypter les conditions prévalentes, les autres pour construire une interaction pertinente. Les capacités de traitement de l’information et d’adaptation interactionnelle sont ainsi au cœur du lâcher prise. Or leur disponibilité dépend directement de l’état de nos fonctions végétatives : c’est un legs de l’évolution et de l’ordre dans lequel elle s’est déroulée.

« La colère est mauvaise conseillère » est une illustration de la dépendance de la cognition envers l’émotion. « Porter des souliers serrés pour oublier ses soucis » met en évidence la cascade du physiologique au cognitif. La sagesse populaire sait tout cela depuis longtemps.

Aujourd’hui, dans une société très structurée et qui plus est en proie à une pandémie qui limite nos déplacements et relations, lâcher-prise nécessite de remonter plus globalement aux conditions premières de notre capacité d’adaptation : la qualité de notre physiologie.

Les conditions sanitaires actuelles réduisent le recours spontané à nos fonctions motrices, notre accès au grand air ou encore la présence stimulante d’autrui. Dans ces conditions, décider de prendre le chemin du lâcher-prise a toutes les chances d’aboutir à un échec démoralisant s’il s’agit juste de s’appliquer quelques recettes tirées des conseils d’autrui. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, c’est bien connu. Est-ce le moment de s’imposer cela ?

Cela met en évidence que lâcher prise est une vaste dynamique à notre service, une hygiène de vie qui part de la santé physique pour aboutir à considérer les situations sous divers aspects simultanément tout en cultivant une capacité d’interaction variée.

Lâcher prise diffère d’une quelconque forme d’acceptation. C’est un processus qui relève de l’accueil de ce qui advient et construit dessus. Il vise à transformer les contraintes ressenties en ressources vivantes. Il ne connaît aucun jugement, il se contente de répondre à la question « est-ce que cela rapproche du vivre ensemble durablement et allège la souffrance ressentie ? ».

Outre les multiples exercices cognitifs et émotionnels susceptibles d’y conduire et repris dans des ouvrages comme « 50 exercices pour lâcher prise » [1] dont c’est le 11ème tirage cette année, il nécessite de se libérer des stress posturaux et nutritionnels qui nous minent silencieusement dans un contexte à température régulée. « À l’origine était le verbe », peut s’entendre comme « à l’origine était le souffle, l’élan vital ». Or l’un des principaux fléaux de la sédentarité dénoncé depuis de nombreuses décennies est la piètre qualité de la respiration.

Réapprendre à respirer induit des modifications posturales, la cage thoracique et la cavité abdominale sont mobilisées, et des modifications nutritionnelles, la combustion des aliments se faisant plus complètement.

Lâcher-prise s’apparente ainsi aux démarches spirituelles en ce qu’il commence par réapprendre à respirer et à se libérer de ses stress invalidants. Il met en jeu aussi tout un ensemble de modes d’interactions et de pensées tournés vers la variété et l’adaptabilité à l’imprévisible.

En cela, lâcher-prise est une hygiène de vie qui permet de se faire authentiquement confiance au-delà de nos conditionnements sociaux.

Pion Paul-Henri

Paul-Henri Pion est psychopraticien à Courbevoie. « C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institut dont il a suivi les enseignements. Économiste de formation, certifié en PNL et hypnose éricksonnienne, diplômé en psychologie, il met son expérience au service de votre bien-être.

- Tél. 06 03 10 66 90 - 01 43 34 12 39
- Courriel : phpion.tb@gmail.com
- France - Courbevoie
- Site : http://pion.tb.free.fr/

Du ou avec le même auteur

La nature et la logique : histoire d’une expérience
Parfois, "et" paraît violent pour un esprit logique éduqué à l’école d’Aristote. Utiliser "et" à la place de "mais" "fait mal aux oreilles. (...)

Paul-Henri Pion - Thérapie brève
« C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri Pion s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique (...)

Arrêtons de vouloir changer !
Quand Arlette s’est présentée effondrée en demandant mon aide, sa situation lui paraissait désespérée. L’ambiance familiale était devenue telle qu’il (...)

Faire voler en éclats le plafond de verre
Ou, comment déjouer les effets pervers de la régression. Jean m’est adressé par une consœur. Il a un solide parcours en développement personnel à (...)

Lâcher-prise ou vivre avec son stress ?
L’été se termine. Les mouches se font discrètes. Il faudra attendre l’année prochaine pour s’émerveiller devant l’obstination de ces insectes à vouloir (...)

Un emplâtre sur une jambe de bois...
Bien souvent le praticien reste perplexe quant au résultat atteint par ses accompagnements. Son client va mieux ; il s’est libéré des problèmes (...)

Bonne route pour 2015 !
Et si pour cette année nous apprenions à respecter notre nature plutôt qu’à la forcer ? Voici quelques propositions directement issues du mode (...)

Lâcher prise
"Ne renonce jamais, lâche prise, et la voie s’éclaire", telle est la proposition de ce livre. Car nous avons du mal à vivre le moment présent, (...)

10 clés pour bien vivre 2014
2014 n’aura que 365 jours, c’est à dire 365 opportunités de construire son propre enfer ou 365 occasions de construire son bonheur et celui d’autrui. (...)

La prescription du symptôme par Paul-Henri Pion
Derrière la prescription de symptôme comme derrière toutes les approches dites paradoxales se cache l’accueil inconditionnel de l’autre et donc la (...)

2013 année de la Prescription de Symptôme ?
Demander à quelqu’un de faire ce qu’il cherche à ne pas faire peut paraître bizarre. Pourtant, quand ce qu’il ne veut pas faire le dérange, c’est là (...)

L’empathie - Par Paul-Henri Pion
Penser avec empathie, interagir avec empathie est synonyme de tenir compte de l’émotion de l’autre que notre organisme encode. Être empathique (...)

Le lâcher prise : un renoncement ou un moyen de se dépasser ?
L’expression lâcher prise renvoie l’image de quelqu’un qui s’agrippe désespérément et finit par renoncer à sa proie ou à sa prise. Elle porte en elle (...)

Pour des standards professionnels - Partie 2
Dans la première partie publiée dans ces colonnes le 25 mars dernier, je livrais quelques invariants et en tirais des implications sur la façon de (...)

Pour des standards professionnels - Partie 1
À l’heure où le film "Le Mur" défraye la chronique de nos professions, chacun est passible de s’inquiéter de voir sa pratique dénigrée, tant au niveau (...)

La relation d’aide, une expérience ?
“Le fait de refaire l’expérience de l’ancien conflit laissé en suspens, mais avec un dénouement nouveau, c’est là le secret de tout résultat (...)

Quatre secrets pour vivre heureux avec soi, les autres, le monde
Vous voulez vous sentir acteur de votre vie, contrôler sans vouloir tout maîtriser, sentir quand vos qualités peuvent devenir des défauts, faire (...)

Rester sain d’esprit : pensez-y !
Se sentir acteur de sa vie est un ingrédient majeur de la santé mentale. Une vie sain d’esprit et heureux repose essentiellement sur notre capacité (...)

Il ou elle va mourir, comment m’y préparer ?
La maladie, l’âge, les blessures ou les conditions météorologiques vont avoir raison de son organisme et vous allez perdre un proche. Que vous le (...)

Quand la raison nous piège
« Mais il me semble qu’il n’a pas du tout d’habit » observa un petit enfant. Et bientôt, on chuchota dans la foule « l’empereur n’a pas d’habit du tout (...)

Manuel du Lâcher Prise
Dans le Manuel du Lâcher Prise, Paul-Henri Pion traite la question de sortir des ornières relationnelles avec soi, les autres ou le monde. Il y est (...)

Question de confiance
Parfois, on entend dire à propos d’une personne affirmée, c’est un mâle dominant ou une femelle dominante. Je vous en propose une autre lecture, basée (...)

Parents, c’est la rentrée !
« Sois plus ferme avec moi » ou « tu n’es pas assez dure avec moi », sont des cris d’appel au secours que j’entends en général autour de Pâques quand (...)

Devoir de mémoire
Dans une très belle conférence intitulée « la dimension d’aimer », le psychanalyste jungien Elie G. Humbert, s’exprimait ainsi : « ...il y a un type (...)

Journal intime ou journal intime ?
« Chaque jour, dans un grand cahier, à un moment que vous avez choisi, vous écrirez la date et le lieu, puis une fois la date et le lieu inscrits, (...)

50 exercices pour lâcher prise
Articulé en quatre parties, ce manuel regroupe 50 exercices construits rigoureusement dans la logique de l’arrêt des tentatives de solutions (...)

Arnaque au mieux-être
Mieux-être passe par exercer son intelligence avec bon sens et sortir de l’aveuglement pour voir les évidences. « J’ai tout essayé, je ne vois plus (...)

Bonnes résolutions...
Le passage de l’année est propice aux bonnes résolutions. Seulement voilà, avec le temps, ces résolutions prennent l’allure de trop bonnes résolutions (...)

Aventure d’automne
Alice vient de se poser. Jeune femme trépidante de la ville, Alice est au fait des dernières nouveautés tendances. Pas une vente privée ne lui (...)

Les émotions de l’été : Saynètes et décryptage
Voici avec l’été, le relâchement tant attendu pour récupérer de la fatigue de l’année. Mais voilà, qui dit relâchement, dit retour au galop de la nature. (...)

Le plaisir est dans le pré ...
Après avoir fait un long détour au fin fond de son trouble, le client revient à la vie ambiante et doit en réapprendre les usages et les saveurs. Le (...)

Je t’aime, un peu, beaucoup, énormément …
La vie à deux est une aventure pleine de satisfactions et de désillusions douloureuses. Partager son espace, ses envies ou ses humeurs est un (...)

C’est le jour des morts ...
Selon la tradition chrétienne, les premiers et deux novembre sont devenus des jours privilégiés pour se rappeler aux morts et se rappeler d’eux. (...)

C’est la rentrée !
Les vacances sont passées. Au détour d’une rue, d’une lumière ou d’un visage, l’esprit s’évade et retourne en vacances. Les vacances... c’est souvent le (...)

Harcèlement, stress, ou peur ? Un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une série (...)

Harcèlement moral au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une (...)

Stress au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise tant et si bien que le législateur s’en (...)

Vers une approche psychanalytique de la Thérapie Brève
Les approches analytiques semblent parfois considérer avec dédain les apports de la thérapie brève. Certain praticiens en thérapie brève considèrent (...)

Dans ce que je lui dis ... qu’est-ce qui l’intéresse ?
Le client passe la porte du cabinet du thérapeute avec la demande minimale « que « ça » s’arrête » voire « que « ça » aille mieux ». Il confère au (...)

Peut-on déjouer le piège de la souffrance mentale ?
La demande de thérapie naît d’une souffrance ou d’un dysfonctionnement qui s’installent de telle sorte qu’ils deviennent envahissants, jusqu’à devenir (...)

Position du thérapeute et dynamique en Thérapie Brève (1)
Que ce soit par soucis du secret professionnel ou par l’utilisation d’une langue obscure, ce que le thérapeute fait en séance reste difficile (...)

Le fil conducteur du thérapeute en Thérapie Brève
En thérapie brève, le thérapeute considère le client comme une personne normale qui, en cherchant la meilleure adaptation possible à un instant donné (...)

Pourquoi et comment fonctionne la thérapie brève ?
Même après 40 ans d’existence, la thérapie brève, souvent appelée aussi thérapie stratégique pour la distinguer des thérapies courtes développées depuis (...)

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales