Chronique

Développer la confiance en soi !

Par Aude Klein


Développer la confiance en soi !

La confiance en soi pourrait être définie comme l’accumulation d’expériences positives nous poussant à en tenter d’autres. Lorsque l’on manque de confiance en soi, on hésite, on sabote, on évite ce dont on ne se sent pas capable. Très liée à l’estime de soi dont elle est pourtant différente, la confiance en soi ne pourra être stable que lorsque l’estime de soi l’est aussi.

En effet, avoir une estime de soi stable, comme son nom l’indique, revient à une juste mesure de nos atouts et de nos limites et ce, même lorsqu’on se trompe, que notre entourage n’est pas d’accord, qu’il nous arrive un imprévu, ... ! Quoi qu’il arrive, on reste quelqu’un de bien à nos yeux ! Cette estime ne vient pas toute seule. Elle est liée à une bonne gestion des signes de reconnaissance et donc à notre environnement.

Les signes de reconnaissance sont, selon Eric Berne, « tout acte impliquant la reconnaissance de la présence d’autrui » pour décrire notre besoin vital de satisfaction affective. Il s’agit donc de toute forme verbale ou non verbale d’intérêt que l’on peut nous manifester à travers des caresses, des sourires, des compliments, des encouragements, ... (il s’agira de signes de reconnaissance positifs) mais aussi de la violence, du mépris, de la moquerie, … ( Il s’agira de signes de reconnaissance négatifs).

Voici un tableau reprenant les principaux signes de reconnaissance.

Signes de reconnaissance Positifs Négatifs
Conditionnels
(qui traitent des actes, des comportements : du faire)
Par exemple : tu as bien fait cet exercice : cela augmente la confiance en soi Par exemple : ce que tu as fait ici n’était pas bien : cela permet de s’améliorer
Inconditionnels
(qui traitent de la personne que l’on est : de l’être)
Par exemple : tu es quelqu’un de bien : cela augmente l’estime de soi Par exemple ; tu es nul
Cela détruit l’estime de soi

Lorsque vous manquez de confiance en vous, il sera utile de multiplier les signes de reconnaissance conditionnels. Tandis que lorsque vous manquez d’estime de vous, ce sont les signes inconditionnels positifs qui seront les plus importants.

Pour cela, il est important de :

Demander un signe de reconnaissance lorsque vous en avez besoin. Évidemment, pas à n’importe qui n’importe quand, mais après avoir analysé votre entourage et découvert qui était suffisamment honnête et bienveillant pour vous en donner un lorsqu’il vous est nécessaire. Rien ne vous empêche de garder une trace de ces signes (d’en faire une liste, un dessin, des post it sur votre miroir ou votre frigo, …) , pour les avoir sous les yeux en cas de besoin. En effet, si vous demandez des signes trop régulièrement à la même personne, celle-ci pourrait se lasser et cela perdrait en efficacité !

Se donner un signe de reconnaissance lorsqu’on en a besoin est un premier pas vers l’autonomie ! Vous avez la chance (si si) d’être continuellement avec vous-même ! Cela vous fait donc un gain de temps d’aller chercher à la source ce dont vous avez besoin, plutôt qu’attendre qu’on vous l’offre ! Cela vous semble sans doute artificiel de vous dire à vous-même que vous êtes quelqu’un de bien, mais en cherchant bien, ne vous traitez-vous jamais d’incapable ? De nul(le) ? D’illégitime ? C’est aussi un signe de reconnaissance, mais il est inconditionnel négatif, et c’est celui qu’il faut proscrire pour avancer ! Donc, vous êtes sur le bon chemin, il suffit (je sais c’est facile à dire) de prendre un autre embranchement : celui de reconnaître vos victoires et votre valeur.

Donner un signe de reconnaissance positif vous fera du bien également. On retient souvent les compliments que l’on pense par peur de vexer, que l’autre pense qu’on lui demandera quelque chose en retour, d’être ridicule même ! Et c’est bien dommage ! Ceux et celles qui manquent de confiance iront jusqu’à se dénigrer eux-mêmes au lieu de complimenter l’autre (« Je ne saurai jamais me maquiller comme toi » sonne moins bien que « j’adore ton maquillage »). Un premier pas dans ce sens reviendrait à se donner plus de liberté de paroles lorsque le contexte le permet !

Accepter un signe de reconnaissance n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Souvent, lorsqu’on est complimenté, on s’empresse de minimiser, voire de le contredire car cela pourrait paraître prétentieux que d’accepter spontanément. Il s’agirait donc de commencer par s’interdire cette pulsion d’auto-dénigrement, ensuite de remercier son interlocuteur, sans autre justification, le troisième d’ouvrir cette petite porte à l’intérieur de vous et de prendre pleinement ce qu’on vous offre, parce que vous y avez le droit !

Refuser un signe de reconnaissance inconditionnel négatif, voire conditionnel négatif quand il n’est pas juste ou justifié, n’est pas non plus facile. Un automobiliste qui vous insulte, votre enfant qui décharge ses frustrations sur vous, un collègue de mauvaise humeur, un patron éternellement insatisfait, … Il est courant que l’on prenne sur soi les émotions des autres. S’il est important de se remettre en question, il est tout aussi important de ne prendre que sa part de responsabilité et de laisser à l’autre la sienne ! Pour cela, laissez-vous du temps, du recul, pour revenir à vous-même, analyser la situation de votre point de vue, avec une juste distance ! Cela vous permettra de revenir (ou pas) plus sereinement au dialogue, si cela est nécessaire.

Vous pouvez lire Claude Steiner à ce sujet, et faire découvrir à vos enfants (mais pas seulement) « Le conte chaud et doux des chaudoudoux » qui illustre à merveille cette théorie de l’analyse transactionnelle (bien d’autres sont utiles pour développer son estime de soi comme les positions de vie, par exemple).

Le fait d’intégrer l’économie des signes à votre vie quotidienne ne pourra qu’augmenter votre confiance en vous et votre estime de vous. Une multitude de petits défis peuvent également vous y aider, comme par exemple :

  • Vous rappeler trois victoires que vous avez accomplies depuis l’année dernière
  • Sourire à un(e) inconnu(e) dans la rue, sans la moindre raison ni arrière pensée
  • Dresser la liste de ce que vous voudriez faire avant de mourir (et mettre en place l’un des éléments de la liste au plus vite)
  • Vous rappeler deux compliments que l’on vous a déjà fait
  • Passer plus de temps avec des personnes qui ont une estime d’elles-mêmes stable
  • Vous regarder dans le miroir en vous focalisant sur ce que vous aimez dans vos yeux
  • Vous rappeler une fierté que vous éprouvez et vous la remémorez, comme si vous la viviez maintenant
  • Tenir un journal de gratitude
  • Oser tenter une nouvelle expérience en rapport avec deux expériences que vous avez vécues et appréciées
  • Prendre garde à votre vocabulaire en bannissant toute expression visant à vous sous-estimer

Et si vous mettre en mouvement vous semble difficile, il n’est jamais trop tard (ou trop tot) pour commencer un coaching et être accompagné dans cette démarche. Cela vous permettra d’avoir une personne bienveillante et juste à vos côtés qui vous guidera vers une plus grande tolérance envers vous-même, car plus qu’un droit, c’est un devoir de vous aimer, de vous respecter et de vous traiter comme vous traitez le reste de l’humanité !

Klein Aude

Aude Klein est coach dans la Région de Namur (Fernelmont). Elle est aussi enseignante, comportementaliste canin et zoothérapeute.
- 1, rue haute fontaine - Franc-Waret (commune de Fernelmont, juste à côté de Namur)
- Tél : 0478/055.774
- Mail : audeklein@gmail.com
- Sites :
www.zootherapeute.be
www.coach-coaching.be

Du ou avec le même auteur

Préparer l’été
Lorsqu’on pense à l’été, on imagine les vacances, le soleil, la nature, le tourisme, les apéros, et toutes sortes de convivialité. Les enfants et leurs (...)

Prenons soin des hérissons !
A vous qui prenez soin quotidiennement des autres, pour qui le développement personnel est un chemin de vie, à vous qui écoutez, accompagnez, aidez, (...)

Aude Klein - Zoothérapeute et coach
Quelle que soit la difficulté que vous avez, vous pouvez y remédier. L’accompagnement que je vous propose allie les techniques de cynothérapie (la (...)

Covid et animaux de compagnie : D’une solitude à l’autre.
Durant le premier confinement, nous nous sommes retrouvés face à nous-mêmes. Un peu malgré nous, cela a été l’occasion d’un bilan de notre situation. (...)

Les séances en visioconférence
En ces temps troublés, nous avons une chance inestimable de développer notre créativité en tant que thérapeute, coach et humain. Nous pouvons (...)

Aimer lire ...
Dans notre société où la communication se digitalise, tout va de plus en plus vite. Les articles les plus populaires ne doivent pas dépasser un (...)

C’est la rentrée !
L’été touche à sa fin. Comme toute fin, c’est un mini deuil à vivre, une page à tourner, une autre à réinventer, une fois de plus. C’est surtout (...)

Bonnes vacances !
Les vacances arrivent. Cette années, elles ont cependant un autre goût, une autre couleur que d’habitude. Cela fait quelques semaines que le (...)

Traitez votre peur des rongeurs !
Il existe plusieurs formes de thérapie efficaces comme l’hypnothérapie, l’EMDR ou les thérapies comportementales. Celle que je vous présente s’appelle (...)

Détrompez-vous au sujet de l’erreur !
Tout est à revoir, au niveau de l’erreur, de la place qu’on lui donne, de l’injustice qu’elle incarne. Tout : notre système éducatif, culturel, (...)

Pour un vrai sourire
Le sourire a quelque chose de contagieux, d’apaisant, de nourrissant. Et en plus de ne rien coûter, il en apporte autant à celui qui le produit qu’à (...)

Le chien à la rescousse des ados
Il y a très peu d’adolescences tranquilles. Entre les doutes, les rages, les découragements, les rêves, la désillusion, les fusions, les trahisons, (...)

Marcher pour prendre soin de soi
Si cela fait une quinzaine d’années que la psycho-randonnée a vu le jour « officiellement » dans nos contrées, c’est un fait avéré depuis Hippocrate (« (...)

Contestataires de Canapé.
Vous êtes fatigués, lassés, épuisés, même, à cette sortie de l’hiver et vous ne comprenez pas trop pourquoi ? Alors vous regardez autour de vous, et là, (...)

Un coaching qui a du chien !
Dans le mot cynothérapie, la thérapie apparaît clairement. Cela effraie parfois, car, comme ce métier n’est pas reconnu aux yeux de la loi, peuvent se (...)

Une place à prendre
Au fond, quel que soit le problème, on peut l’aborder sous l’angle de la place. La place que vous prenez, celle que l’on vous donne, la place que (...)

Alors, vos bonnes résolutions ?
L’année 2018 s’achève doucement. Les dernières feuilles quittent les arbres et le froid s’insinue insidieusement dans votre corps qui déploie toute son (...)

Soignez votre peur du chien
La peur du chien est difficile à vivre. D’une part, parce que les chiens sont omniprésents dans notre société et s’en écarter revient à s’écarter des (...)

La créativité en coaching ?
Nous sommes tous créatifs. Si nous marchons, si notre cœur bat, si nos yeux brillent, si nous parlons, même tout bas : c’est que nous sommes (...)

Comment choisir sa formation ?
Quel que soit son âge, ses qualifications, son métier, on peut se former, encore et encore, pour développer, affiner, compléter ses compétences ou (...)

Parents, prenez soin de vous !
On ne nous dit pas qu’être parent, ce sera « ça » ! Cette fatigue, ce don de soi, cette écoute, cette disponibilité, cet amour, ce respect, cette (...)

Le chien pour lutter contre le harcèlement !
Le harcèlement est un peu comme le brouillard. Il s’empare d’un paysage et le modifie, il instaure un malaise sans qu’on l’identifie clairement, il (...)

La Zoothérapie ou Thérapie Assistée par l’Animal
Étymologiquement, « zoo thérapie » signifie soigner avec l’animal. Cette définition reste cependant incomplète : elle ne tient pas compte du patient. Or (...)

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales